Un road trip aux Etats-Unis c’est la promesse d’une belle aventure.

Arrivées à l’aéroport de San Francisco, on récupère les bagages, une petite signature au comptoir de la compagnie de location de voiture, les clés et les papiers bien en main, et c’est parti pour 2 semaines de voyage entre copines.

Nous prenons la sortie de San Francisco (que l’on visitera en fin de parcours sur 2 jours), sur la route US-101 longeant la côte Pacifique en direction de Los Angeles, à environ 640 km de là.

Première étape Monterey, une ville de pêcheurs. Nous arrivons le soir après avoir parcouru la distance de près de 200 km qui sépare les 2 villes. A 20h les restaurants sont déjà fermés, le Mac Do nous tend les bras. On se rattrapera le lendemain avec de délicieuses spécialités de bord de mer dans un petit resto du port. Mais pour le moment, on se couche tôt parce qu’il n’y a rien à faire le soir et surtout parce que le voyage nous a bel et bien mises ko. Par contre jet lag oblige, réveil avant 6h, c’est déjà bien, il y a 9h de décalage… A la réception de notre modeste hôtel, on sert le petit-dej tôt, ouf ! Sur la terrasse, l’air frais nous envahi, on est en septembre mais dans cette partie de la Californie les nuits sont fraîches, le fog étant bien présent.

Au cours de notre balade matinale sur le port, nous décidons d’embarquer pour une excursion de 2h à la découverte des baleines. Nous prenons un bateau de taille moyenne, équipées de nos appareils photo, et de nos coupe-vent, dans l’espoir d’apercevoir ces grands mammifères marins …

Le tour en bateau de 2h devient une longue excursion de 4 h aller/retour, pour au final n’apercevoir qu’un jet et une infime partie du dos d’une baleine. A croire qu’elle n’étaient pas très inspirées ce jour-là. Nous avons quand même eu le plaisir de voir des dauphins et des orques, au loin.

Il a fait froid, nous sommes restées la plupart du temps à l’intérieur et le remou en a rendu plus d’un malades, mon amie faisait partie du lot. L’air frais dehors lui a permis de récupérer un peu, et nous avons patienté sur le long trajet retour. Je ne regrette pas l’expérience pour autant. Un tour vivifiant en bateau sur l’Océan Pacifique, on n’en fait pas tous les jours et cela fait partie des aléas du voyage !

En fin de journée, nous reprenons la route pour Santa Barbara, à plus de 3h. Les rochers de l’océan agité se dévoilent peu à peu lorsque les nappes de brouillard s’évaporent, laissant apparaître des villas de rêve perchées sur les falaises. La végétation sèche recouvre la roche. Cela mérite plusieurs arrêts photos.

Arrivées à Santa Barbara, je repense à cette série que je regardais dans mon enfance qui a fait un carton, l’air du générique me trotte dans la tête. Cette ville me semble très agréable et accueillante. Le soir nous mangeons dans un restaurant près de la mer, sur une petite terrasse. Au menu fruits de mer et tacos, avec une margarita bien entendu. Une chouette nous observe du haut de son arbre, la nature est omniprésente dans une ambiance décontractée.

Le lendemain matin, nous prenons un brunch dans un restaurant typique d’une des rues principales, pourtant peu fréquenté. Sur des nappes à carreaux rouges et blancs, on nous sert des pancakes au sirop d’érable, un plaisir que je m’offre à chacun de mes voyages aux Etats-Unis. Puis nous faisons une promenade en bord de mer. De belles et grandes plages presque désertes s’offrent à nous. L’eau est froide à cette époque et on n’y trempe que nos doigts de pieds. Un bain de soleil allongées sur la plage nous permet de passer une matinée des plus reposantes.

Pour finir, nous allons faire un tour dans les boutiques de la ville, quelques touristes comme nous prennent le temps de vivre au rythme tranquille de Santa Barbara.

Le lendemain nous partons pour Los Angeles. Nous faisons d’abord une halte dans un outlet, le Camarillo Premium, après avoir quitté avec une pointe de regret la jolie ville de la série culte. C’est l’occasion de trouver des Levi’s et des Converse à des prix imbattables, – 50 % ou plus. De nombreuses autres boutiques sont intéressantes, on y passerait la journée.

Los Angeles apparaît après seulement 45 mn de trajet. Nous dépassons Malibu puis Santa Monica, ces immenses plages du Pacifique, qui apparaissent souvent dans les séries américaines. Le soir nous allons prendre un verre à Venice Beach, la plage est très animée, et de nombreux shows font le bonheur des touristes. Les cocktails ne sont pas de premier choix et l’ambiance du bar un peu ennuyeuse. C’est pourquoi nous rejoignons l’hôtel assez tôt, une longue journée nous attend, avec à la clé Hollywood et Universal Studios !

J’avouerais que je connaissais déjà cette partie de la Californie puisque je suis venue un an plus tôt à L.A. pour assister au mariage d’amis à Las Vegas (voir l’article Témoin de mariage à Las Vegas).

C’est avec plaisir que je refais le parcours du grand parc d’Universal Studios montrant les lieux de tournage. Un petit train nous emmène faire un tour, on longe les entrepôts des studios avec des places de parking portant le nom de réalisateurs, directeurs, acteurs… Je revois une scène des dents de la mer, avec un requin qui s’élance sur nous lorsque nous longeons un lac, je n’ai pas eu peur malgré le trauma laissé par le film que j’ai vu quand j’étais gamine ! Puis le train passe par les décors de la ville de New York que l’on retrouve dans de nombreux films et séries, comme la fameuse horloge du film Retour vers le futur… Puis nous passons par le set de Wisteria Lane, dans la fameuse série Desperate Housewives, c’est un rêve éveillé !

 

Nous passons un moment dans les attactions avant de rejoindre le quartier d’Hollywood. Nous montons par un chemin qui permet de s’approcher du Hollywood Signs. Depuis l’Observatoire Griffith, dans le parc du même nom, il est possible de prendre le panneau en photos, le zoom est indispensable car les lettres sont assez hautes sur la colline. Puis nous redescendons pour voir les étoiles de Hollywood Boulevard, dont celles de nos stars préférées. J’avouerais que le côté glamour d’Hollywood ne se trouve pas dans ce lieu très fréquenté par les touristes, les animations étant un peu cheap. On imagine plus ce prestige dans les villas de stars. Il existe d’ailleurs un circuit en bus pour les voir.

Mais nous sommes plus emballées par ce qui nous attend, notre road trip dans les parcs nationaux de l’ouest américain, mais c’est une autre histoire. En attendant, nous quittons la ville de Los Angeles par Beverly Hills et Rodeo Drive, lieux mythiques des séries de notre adolescence !