Cela fait près de 10 ans que je vis à Barcelone. Autant vous dire qu’en 10 ans, j’ai vu la ville changer, évoluer, avancer, et s’ouvrir à un tourisme de masse.

Depuis quelques années, en tant que résidents, on se sent envahis par des hordes de touristes venus des 4 coins du globe. L’aéroport s’est agrandi, le nombre de bateaux de croisières accostant à Barcelone a largement augmenté. Dans un article de La Vanguardia, du 17 mai 2013, le journaliste annonce un weekend de record annuel avec 17 bateaux et 64 000 visiteurs. Plus que la capacité d’accueil de Barcelone, ville de 1 600 000 habitants environ (en 2015).

Le quartier de la Barceloneta, celui des pêcheurs, très populaire, s’est vu accueillir plus que nécessaire des touristes rejoignant des appartements, loués par des entrepreneurs ayant flairé le filon. Être proche de la mer, c’est le luxe. La plage de la Barceloneta est à 2 pas, la Vila Olimpica avec ses boîtes de nuit branchées du bord de plage à 5 mn en taxi, le centre très proche. Les restaurants et bars typiques font la joie des touristes qui découvrent les spécialités de tapas et dégustent le vermouth ´´casero´´. Quel est le problème vous allez me dire ?

Des circuits illégaux sont organisés la nuit pour faire la tournée des bars, enchainer les shots (chupitos) offerts, certains se retrouvent au bord du coma éthylique. Des bandes de jeunes, des moins jeunes fêtant leur fin d’études, un enterrement de vie de garçon ou de jeune fille. Un spring break à l’européenne en somme. Les habitants excédés ont manifesté lorsque des touristes ont dépassé les bornes, ceux-ci s’étant baladés nus dans le quartier. Cela porte à sourire vu de loin. Pourtant le bruit la nuit, la saleté au petit matin en sortant de chez soi pour faire les courses ou aller travailler, c’est le quotidien d’habitants de longue date. Des entrepreneurs sans scrupules profitent de cette réputation de ´´mega fiesta à Barcelone´´ et ce n’est pas tant les visiteurs que l’on doit blâmer.

De mon côté, je déplore le manque de place sur les terrasses, surtout dans le quartier du Born (dans le centre) où l’on ne vous accepte pas si vous venez seulement prendre un verre. Il faut consommer, au minimum un plat même si ce n’est pas l’heure du repas. Cela m’est arrivé également dans un bar à touristes (je les appelle comme ça maintenant) à Gracia (quartier dans les hauteurs, proche du centre, ruelles étroites et ambiance village). Ce sont des lieux qui m’enchantaient avant, et je ne peux plus en profiter autant.

Heureusement l’ayuntamiento (mairie) a pris conscience de la nécessité de développer un tourisme de qualité, en prenant en compte les résidents, et ainsi faire en sorte que les deux puissent co-exister.

La ville devient un exemple de tourisme responsable. D’autant plus que culturellement, Barcelone et la Catalogne ont beaucoup à offrir. Les catalans revendiquent leur culture et en sont fiers.

Cet article explique l’initiative de la mairie, le vivre ensemble à Barcelone :

http://meet.barcelona.cat/fr/visiter-barcelone/vivre-ensemble

L’engagement de la région  est d’autant plus important avec la mise en avant du patrimoine naturel et culturel, pour un tourisme de qualité et une accessibilité pour tous :

http://newsletter.tourismedelacatalogne.fr/septembre-octobre-2015-nb045/actualites/la-catalogne-engagee-pour-un-tourisme-responsable