Lors d’une réunion d’information sur le tourisme et les opportunités professionnelles en Catalogne, à Barcelona Activa (un organisme pour le développement économique et l’aide à l’emploi et l’entrepreneuriat dans la région), j’ai pu mesurer l’ampleur de cette ´´invasion´´ touristique de ces dernières années. 18 millions de visiteurs en 2016 pour une ville de 1,5 millions d’habitants.

En tant que résidente, j’en parle souvent avec mes connaissances et amis, cela a un réel impact sur notre vie quotidienne. Le centre et notamment la Rambla est foulé par de nombreux touristes tout au long de l’année. Il y a 10 ans lors que je suis arrivée, la balade sur las Ramblas était plutôt agréable, il y avait du monde bien sûr mais rien de compararable. Pour vous donner une idée, l’année de mon arrivée, 6 millions de touristes ont été enregistrés (source El país 16/12/2006), soit 3 fois moins qu’en 2016… A l’époque je travaillais au World Trade Center, le bâtiment à proximité des arrivées des bateaux de croisière. En fin de journée, j’avais plaisir à remonter la Rambla avec une amie. Nous prenions un jus à la Boquería, le marché couvert inauguré en 1840, offrant une grande variété de produits frais. J’avouerais que je n’y mets plus les pieds mais je suppose et j’espère que le voisinage continue à y faire son marché, au milieu de la foule de touristes.

Je vous parlais du Barça dans le titre de cet article, ce club mythique est aussi une attraction indéniable pour les touristes. Les Barcelonais en sont fiers. Je dis moi-même, lorsque l’on me parle du club, que le foot est une religion ici. Sans trop exagérer, l’architecte Gaudí n’a pas la palme avec ses monuments modernistes. Le musée du Barça est le plus visité à Barcelone. En novembre 2016, on y célébrait les 30 millions de visiteurs depuis sa création en septembre 1984.

Pour en revenir aux chiffres du tourisme, contrairement à ce que l’on pense, les visiteurs les plus nombreux viennent pour les affaires. En effet, Barcelone organise avec sa fira un grand nombre d’événements internationaux tout au long de l’année. Sur la plaza España, près du Musée National D’art de Catalogne et la montagne de Montjuic, se trouve le centre des congrès et salons. La ville y accueille notamment la Mobile World Congress, mais aussi le fameux festival électro, le Sònar.

Qu’on le veuille ou non Barcelone est victime de son succès mais elle sait aussi en tirer des profits. La ville est en constante amélioration au niveau axes routiers, rues et quartiers sont modernisés. La mairie et sa mairesse de gauche Ada Colau (également activiste sociale) mettent en place des mesures afin de réguler ce flux touristique continu. Les licences pour les appartements touristiques sont limitées, la construction de nouveaux hôtels est stoppée et de nouveaux points d’intérêts culturels sont mis en avant afin de désengorger le centre.

En tant que résidente, la ville a de nombreux atouts et je serais la première à le revendiquer. Je souhaite tout de même que Barcelone ne perde pas son âme dans un tourisme de masse non maîtrisé afin que tous puissent en profiter de manière responsable.